Logo de la Société des Membres de la Légion d'Honneur Ruban de la Société des Membres de la Légion d'Honneur
Section du Cher

Le docteur Olivier Michel a reçu la Légion d'honneur ce mercredi 23 décembre à l'hôtel de ville de Bourges. Le médecin réanimateur a été récompensé pour ses états de service au sein de l'armée.
Le maire de Bourges, Yann Galut (Parti socialiste), a salué le parcours et la carrière du docteur Olivier Michel à l'occasion de son élévation au grade de chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur dans les salons de l'hôtel de ville.
Entouré par sa famille, le docteur Olivier Michel avait revêtu spécialement son habit militaire, puisqu'il était décoré au titre du ministère de la Défense, et non à titre civil.
C'est donc bien le docteur Michel, médecin-chef et colonel, qui a été honoré ce mercredi 23 décembre, même si beaucoup sont ceux qui le connaissent, à Bourges et dans le département du Cher, comme médecin réanimateur et ancien responsable du Samu. Et c'est pourquoi, cette haute décoration lui fut épinglée par le général Bernard Ducateau, ancien responsable de la base aérienne 702 d'Avord, en présence notamment de l'ancien maire de Bourges et ministre, Serge Lepeltier.
Et si le docteur Michel n'a pas ménagé sa peine au sein, notamment, du centre hospitalier Jacques-Coeur, on peut en dire autant de sa carrière militaire, fût-elle de réserve. Il a ainsi participé à pas moins de cinq opérations extérieures avec l'armée : en ex-Yougoslavie, au Gabon et au Tchad au sein de la mission Barkhane.
Le Chêne et le Roseau comme modèle
Pas vraiment étonnant pour celui qui a, depuis longtemps, pris fait et cause pour l'armée et pour les déplacements dans des zones de conflits parfois difficiles. Lui, dont le grand-père, Henri Besson, a laissé un souvenir important à Bourges de l'époque où, médecin-chef à l'Hôtel-Dieu, il a créé le premier service d'électroradiologie en 1925.
De Saïgon, où il est né en mai 1959, à Rabat, la capitale du Maroc, en passant par Strasbourg, où il fit ses études de médecine, jusqu'à Bourges où il se posa finalement pour fonder une famille, Olivier Michel a beaucoup donné à cette médecine qu'il aime tant et à ses patients. « Lorsque l'on reçoit une telle médaille, il faudrait pouvoir la partager avec les nombreuses personnes qui m'ont aidé dans mon parcours professionnel et personnel », commente le récipiendaire en brossant son parcours de vie, son parcours de coeur.
Lui qui dit préférer la fable de La Fontaine, Le Chêne et le Roseau, pour sa célèbre maxime « plie mais ne rompt pas », ne pouvait pas ne pas avoir « une pensée pour ces nombreux malades et pour leurs souffrances » en cette période compliquée.


Retourner à l'historique des activités



  © SMLH - 2016